En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Arts plastiques

Estuaire 2009

Par ELISABETH ROBIN FROCRAIN, publié le mardi 21 octobre 2014 19:33 - Mis à jour le mercredi 22 octobre 2014 12:50

Arts plastiques, classe de 4ème

Les élèves ont élaboré un travail d'arts plastiques, In Situ, sur deux des sites concernés par Estuaire 2009 : la Centrale de Cordemais et les Marais de Lavau sur Loire.

Une première visite des lieux avec plusieurs intervenants, d'horizons diverses, a permis aux élèves d'appréhender les sites sous différents angles : les paysages naturels et industriels, leur histoire, les aménagements, les zones humides, la faune, la flore...

Nous avons également visiter les oeuvres en place : « l’Observatoire » de Tadashi Kawamata à Lavau-sur-Loire avec le début de son prolongement pour Estuaire 2009, et la future « Maison sur la cheminée » de Tatzu Nishi à Cordemais. Les élèves ont ainsi pu se placer en tant que spectateurs face à ces deux oeuvres monumentales, se mesurer à elles, tout en prenant le temps de la découverte.

C'est cette approche plurielle, ce croisement des disciplines qui leur a permis de s'emparer des multiples éléments composant un lieu, et par la suite de véritablement se l'approprier. 

En arts plastiques, l'accent a été mis sur la notion de travail In Situ et sur la nouvelle perception qu'un travail d'artiste nous donne à voir. Comment celui-ci nous enrichit en nous proposant un regard neuf sur le monde, en bousculant notre  rapport à la réalité et en nous entraînant vers une prise de conscience plus aiguë de ce qui nous entoure. L’œuvre d’art n’est pas un « rêve » déconnecté d’un environnement, c’est tout le contraire. Elle permet un regard, une perception plus fine, elle agit comme un révélateur.

En classe, les élèves sont partis des photos et des croquis pris sur place et ont élaboré des projets puis des productions plastiques, à plat ou en volume, la contrainte étant de présenter la réalisation finale en image numérique, accompagné d'un texte explicatif.
 

Elisabeth Robin-Frocrain - arts plastiques

Béatrice Fillaud - histoire -géographie

Travaux d'élèves en arts plastiques :


 

J'ai mis ce bateau échoué au bord de l'usine de Cordemais pour montrer que l'usine EDF pollue l'atmosphère parce qu'elle change l'écosystème de l'environnement actuel.

Boris





 



J'ai fait ce travail pour que les gens puissent visiter l'usine et traverser comme sur un pont pour passer d'une rive à l'autre.

J'ai repris la vraie forme de l'usine, la même taille, l'usine reste en activité. On peut regarder dans l'eau en allant au bout, tout en bas de l'usine car il y a une partie de l'usine dans l'eau.

Bertrand


 




J'ai créé un tunnel dans les “montagnes” de charbon de Cordemais.

J'ai fait un système de miroir pour ne pas déranger la nature, ne pas déranger l'activité, ressentir, voir autrement les “montagnes”. Adeline



 

Mon travail est un observatoire qui se situe près de la terre et de la Loire. Il représente un simple objet , comme un bateau, avec lequel la Loire a envie de jouer .

C'est une chambre entourée d'eau reliée par un tunnel à la maison. Je voulais créer un observatoire comme à Lavau sauf que le mien se situe près de la Loire et sera fait pour observer le fond d'eau. Voir le dessus et le dessous et faire une comparaison entre la vie du dessus et celle du dessous. Je l'ai créé en voyant et en me souvenant du cours de géographie où Mme Fillaud nous a montré la Loire avant et après. Je voulais montrer aux personnes la Loire de maintenant et permettre de voir ce que l'homme a fait à ce fleuve. Cette réalisation sera invisible, elle sera dans le paysage, près des roseaux, de la Loire et de la terre.

Maëva


 

 

J'ai choisi d'inventer un observatoire “sous-marin” .

C'est une “oeuvre” / observatoire qui ne dérange pas les oiseaux, pour qu'ils puissent encore habiter et se nourrir au bord de la Loire.

Cet observatoire n'est pas ordinaire car au lieu d'observer la Loire avec ses paysages, on verra la Loire et ce qui se passe sous l'eau sans pour autant gêner les animaux marins.

Annaëlle
 




 

C'est pour redonner à la Loire l'eau qui a été perdue à cause des constructions humaines.

Khaled




 






 

J'ai fais une bouteille pour montrer que l'eau est vitale et pour que les personnes ne regardent plus la Loire de la même façon.

Renaud







 




 

J'ai choisi de faire une passerelle dans le port de Cordemais pour éviter de faire un détour pour accéder d'une rive à l'autre. Le pont est arrondi pour que les bateaux puissent passer dessous. Les rambardes sont des voiles pour rester dans le sujet des bateaux qui sont dans le port et pour que cette passerelle devienne une oeuvre.

Louise







 







 







 








 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe